La plate-forme U-Report Cameroun est officiellement  ouverte depuis jeudi dernier aux populations du Mfoundi qui peuvent composer le 8555. « Le lancement de la phase expérimentale du U-Report signe le début d’une pratique innovante de l’activité parlementaire. Les discours construits sur l’érosion de la légitimité de la représentation seront mis à mal. Les parlementaires se pencheront de manière encore plus concrète et effective sur les attentes et les préoccupations des citoyens. C’est à ce prix que baisseront le ressentiment et la sensation de non-représentation.  Le Parlement pourra occuper la place prépondérante qui

lui revient, tel que lui accorde la Constitution dans le système politique camerounais ». C’est ainsi que s’est exprimé le député Jean Simon Ongola Omgba, jeudi 30 avril dernier en présentant la plate-forme U-Report aux leaders d’associations de jeunes du département du Mfoundi.

Une centaine de jeunes gens qui font partie de la première vague des U-reporters, c’est-à-dire ces relais dans les quartiers ayant choisi de faire entendre leur voix en émettant leur avis sur la qualité des services sociaux qu’ils reçoivent. Mais aussi poser les problèmes de leurs communautés aux maires et députés afin d'impulser une réponse adéquate par les pouvoirs publics. Concrètement, par l'envoi d'un SMS gratuit au 8555 depuis n’importe quel opérateur de téléphonie mobile au Cameroun, tout jeune du Mfoundi peut participer à l’amélioration de la gouvernance locale.

Et à travers le même canal, les pouvoirs publics pourront recueillir des avis des citoyens sur divers sujets afin de mieux les servir. Le projet U-Report Cameroun, fruit de la coopération entre les députés de l’Assemblée nationale du département du Mfoundi et UNICEF-Cameroun, va donc améliorer la lisibilité et la visibilité de l’action à la représentation, favoriser une démocratie « élaboratrice » et ouvrir la voie de la participation des citoyens au débat.

Source: Cameroon Tribune

 

Follow Us

S'abonner à notre Newsletter
Rester informé
071859