SACO 2012 : lever de rideau ce jeudi à Bandjou

SACO 2012 : lever de rideau ce jeudi à Bandjou

Intercommunalité : Pour être plus forts

Dès 1974, le législateur a conçu l'intercommunalité comme un processus de mutualisation des ressources locales aux fins d'offrir des meilleurs services possibles aux populations à la base.

Par Kamdem Souop

Quand en 2009, les élus locaux de l’Ouest ont pris sur eux d’organiser le Salon des communes de l’Ouest, ils avaient, à les entendre, en point de mire le renforcement des capacités financières et managériales des collectivités décentralisées dont ils ont la charge pour en faire de véritables instruments de développement local. Mais pour ce faire, il leur fallait aménager un cadre de discussion avec leurs différentes interlocuteurs que sont les services déconcentrés de l’Etat, la société civile, les autorités traditionnelles et les partenaires techniques et financiers que sont le Feicom, le Pndp et le Paddl-Giz.

Bilan 2009

Trois années plus tard, et au moment où s’ouvre la deuxième édition de ce salon de l’intercommunalité, quelques constats peuvent être faits. Le premier, c’est que les élus locaux de l’Ouest ont gagné le pari de la continuité en attendant de gagner celui de la pérennité. Un deuxième salon est organisé alors que les plaintes concernant le financement des collectivités locales ont à peine diminué, au regard des difficultés qu’éprouve l’Etat à financer une bien coûteuse réforme de son fonctionnement.

Le deuxième constat, c’est que d’autres intervenants dans l’organisation de ce type d’événement ont accepté d’accompagner le comité d’organisation, notamment la Fondation Inter-Progress dont la notoriété s’est faite sur l’organisation de rendez-vous de bien plus grande importance avec Yafe et surtout Promote pour ne pas les citer.

Le troisième constat, c’est que les maires de l’Ouest semblent avoir compris que l’ère des destinées singulières est révolue. C’est en se constituant en syndicat ou association de communes que les collectivités territoriales décentralisées sont capables d’une part de compenser les lacunes des plus faibles tout en participant de manière solidaire à leur développement; et d’autre part, c’est ainsi qu’elles peuvent intéresser les bailleurs de fonds, les investisseurs, la diaspora. Cela suppose le dépassement des clivages politiques pour focaliser sur le bien-être des populations et le développement de leurs villes et villages.

Le quatrième constat, c’est qu’en réussissant à organiser une deuxième édition, l’antenne régionale Ouest des Communes et villes unies du Cameroun (Cvuc) prouve que cette démarche peut être dupliquée dans d’autres régions du pays. Avis donc aux représentants des autres antennes régionales de cette association invités à prendre part à cette fête de l’intercommunalité.

Le cinquième constat touche au partenariat public-privé. En 2009, les communes de l’Ouest ont signé un accord de partenariat avec d’une part l’Université des Montagnes dans le domaine de la santé et avec Express Union dans le domaine de la micro finance. Par ailleurs affirme

M. Tchomtchoua « Nous avons aussi signé des accords de partenariat avec d’une part une entreprise pour la couverture de la région en énergie solaire; d’autre part avec une entreprise du Moyen Orient, pour la création d’une usine d’engrais avec un apport de 80% de la part de ce partenaire. Le ministre de l’Agriculture et le Feicom nous ont assuré de leur soutien dans cette affaire.»

En attendant les chiffres de la concrétisation de ces accords, c’est un pas important qui a été pris et qui donne la mesure de ce qu’il est possible d’engranger quand les élus (maires et députés) de la région définissent ensemble les objectifs communs avant d’aller à la rencontre des entreprises. En ce sens, le forum organisé le 04 décembre 2011 à Yaoundé en marge de Promote avec la participation de près de 200 chefs d’entreprises est une expérience à encourager et à reproduire.

Le sixième constat a trait à la constitution progressive d’un patrimoine commun. «Nous avons reçu à titre d’encouragement du gouvernement un terrain de 3000m2 en plein centre ville de Bafoussam pour la construction d’un immeuble siège de notre association et d’un hôtel quatre étoiles. Cet hôtel comblera le manque d’hôtels de luxe dans notre région qui reçoit de nombreux visiteurs Vip. Le Feicom nous soutient dans cette démarche», affirme le maire de Banwa.

Défis

Quelques faiblesses doivent cependant être relevées. Les capacités structurelles et infrastructurelles des communes de l’Ouest nécessitent un important renforcement. Que Bandjoun se retrouve à accueillir le Saco pour la deuxième fois est un aveu de faiblesse qui doit pouvoir se corriger lors de la troisième édition. Que cette ville soit, comme le dit Charles Tchomtchoua Djadjo, le Secrétaire général des Cvuc Ouest, la seule à remplir le cahier des charges d’un tel événement pose le problème de la survie du concept à ses concepteurs et organisateurs actuels. Or à cette difficulté s’ajoute la qualité des ressources humaines municipales qui ont de sérieuses lacunes organisationnelles. Les indiscrétions obtenues auprès de certains secrétaires généraux de mairie démontrent le fossé à combler dans la préparation de la participation et dans le suivi-évaluation des engagements et retombées de ce type d’événement.

Et nous nous demandons s’il ne faudrait pas que les partenaires techniques et financiers des communes envisagent un accompagnement spécifique de celles-ci à la veille d’événements d’une telle importance. Car, il est temps qu’aux stands de communes remplis de tubercules et régimes de plantain qui ne sont pas moins vendeurs du potentiel agricole de ces collectivités l’on substitue des projets à défendre devant les visiteurs qui se comptent parmi les bailleurs de fonds internationaux, des collectivités locales étrangères en quête de jumelage, des hommes d’affaires, des cadres cherchant où investir leur épargne, des entreprises cherchant des débouchés ou des matières premières, des jeunes désœuvrés à qui on peut vendre des projets sociaux, etc.

La compétitivité des territoires, retenue dans le thème de la présente édition, est aussi à ce prix.

 


Sur le même sujet

Cité : Bandjoun la belle

SACO 2009 : Fête de l’intercommunalité

Charles Tchomtchoua Djadjo : “Bandjoun a rempli les conditions”

Infrastructures: Les projets structurants esquivent l’Ouest

 

Dernières Parutions

Autres Dossiers de la Rédaction

Actualités Communales

Newsletter

   Partenaires
  Logo success
  Afroleadership
  Logo Btap
  CGLUA
  Zenü Network
  LEDNA
  RAJFIL
  Caddel
  pndp
  Feicom
  CVUC
  PDUE
  cityminded
  refila
JT Fixed Display